MONCEAU SUR OISE



La Libération de MONCEAU-SUR-OISE en 1918


Après quatre longues années d’occupation faites de brimades et privations, l’espoir de la délivrance arrive au début de l’été 1918.

En mars, les Allemands avaient déclenché une formidable offensive sur la Somme et le Chemin des Dames.  Leur progression avait été stoppée grâce à la vaillance de nos soldats et de leurs alliés. En juillet 1918, toutes les forces alliées passaient sous le commandement du Maréchal FOCH  qui lançait une contre-offensive d’envergure permettant de reprendre les terrains perdus au Printemps et se positionnant à nouveau le long de l’infranchissable Ligne Hindenburg.

Fin septembre 1918, les attaques simultanées des Britanniques, Canadiens et Français permettaient enfin de franchir la ligne de défense allemande. Après quatre jours de combats, Saint Quentin était délivré le 2 octobre.  

Les troupes françaises s’approchèrent alors de la Thiérache non sans éprouver des difficultés.


 La 47ème Division d’Infanterie Française qui vient de se dégager de Pleine Selve, est bloquée aux abords de la Ferme de Louvril, au Sud d’Audigny. De violents combats et bombardements débutent le 30 octobre . Afin d’empêcher l’arrivée de renforts allemands, les Français bombardent les villages environnants. Audigny reçoit une pluie d’obus puis c’est au tour de Monceau-sur-Oise. La population s’abrite comme elle peut de se déluge salvateur.

Le 02 novembre, une première victime civile est relevée à Monceau-sur-Oise : Marie DEMAREST mère de famille âgée de 34 ans. Le lendemain, 03 novembre, ce sont deux frères âgés de 7 et 11 ans, Edmond et René LESSIEUX, qui sont tués par les bombardements. Le village paie un lourd tribut pour sa toute proche libération.

 

Le  04 novembre 1918

La Ferme de Louvril est libérée après quatre jours de combats. L’ennemi se replie lentement sur Audigny.


Le  05 novembre 1918

A 5h du matin, le 115ème BCP ( Bataillon de Chasseurs à Pied) découvre le mouvement de retrait de l’ennemi. Le régiment est le premier de toute la Division à s’en apercevoir, il se rue à la poursuite des fuyards vers la Ferme de la Désolation. La pluie est continuelle, le terrain est détrempé mais le moral de nos Poilus est excellent. Après quelques escarmouches, la Ferme de la Désolation est libérée ; le 115ème BCP revient sur son objectif matinal qui est Audigny. A sa gauche il retrouve le 11ème BCP et à sa droite le 70ème BCP, derrière eux, en soutien le 52ème BCP. Soit près de 10 000 hommes dans le secteur d’Audigny.

Les régiments avancent en tirant et à 6h30 le village d’Audigny est libéré de l’occupant par les 70ème et 115ème BCP. En pointe de la poussée française, le 115ème BCP s’engage en direction de Flavigny-le-Grand, village qu’il libère très rapidement. Le régiment franchit l’Oise dans un élan irrésistible et va déloger l’ennemi qui s’était replié sur le hameau de la Buissière. Puis nos soldats se portent  sur Morcourt qui est délivré à son tour.

A la sortie de ce hameau, le 115ème BCP qui se dirige vers Monceau-sur-Oise est stoppé net par les mitrailleuses allemandes positionnées dans ce village…..
































Le 256ème Régiment d’Artillerie de Campagne ( RAC) qui vient de se positionner sur Audigny, reçoit aussitôt l’ordre de tirer sur Monceau-sur-Oise afin d’en déloger l’occupant. Dès le tir d’artillerie terminé, les soldats du 115ème BCP se ruent à l’assaut en tirant et pénètrent dans le village de Monceau-sur-Oise depuis les bords de l’Oise jusqu’au-dessus de la Fontaine Berdouille.

Les combats sont brefs, l’ennemi se retire et à 9h30 Monceau-sur-Oise est délivré.


Le 115ème BCP est allé trop vite, aussi l’Etat-major de la 47ème Division lui ordonne t’il de prendre un peu de repos dans le village afin de permettre aux autres régiments de s’aligner sur cette ligne de Front. C’est le moment que choisi la population pour sortir des maisons et abris et fêter ses libérateurs.























Le 115ème BCP









Sur les hauteurs de Monceau-sur-Oise, le 52ème BCP qui vient de quitter Morcourt est sorti de la réserve pour s’aligner sur la ligne de Front afin de poursuivre sur Malzy ; il trouve à sa gauche les 9ème et 11ème Régiments d’Infanterie (RI)  qui arrivent de Villers-lès-Guise et qui ont pour mission de pousser jusqu’à Crupilly par le plateau.

Les régiments alignés, la progression reprend, le 115ème BCP quitte Monceau-sur-Oise est pénètre dans Malzy qu’il libère. L’avancée se poursuit mais à 13h, à la sortie de Malzy, le régiment est à nouveau stoppé  par les mitrailleuses allemandes positionnées au Brûlé. Afin de créer une diversion, les cavaliers sont appelés en renfort. Le 25ème Régiment de Dragons arrive par Monceau-sur-Oise, il se positionne entre les 52ème et 15ème BCP puis lance une attaque sous les balles allemandes. Les cavaliers français sèment la confusion chez l’ennemi et le 25ème Dragons parvient à passer entre Crupilly et Chigny et à pousser jusqu’à Englancourt.


Le 06 novembre 1918

Grâce à la confusion engendrée par l’attaque du 25ème Dragons, l’ennemi s’est retiré dans la nuit. Tous les régiments alignés sur la ligne de Front progressent vers Chigny, Crupilly et sur l’autre rive vers Proisy et Marly. Dans la journée, le 51ème BCP qui est en réserve de la Division, traverse Monceau-sur-Oise.


Le 10 novembre 1918

 Le 256ème RAC est mis en position de repli, il quitte Sorbais pour venir s’installer à Monceau-sur-Oise.


Le 11 novembre 1918

 A 11h, le clairon du 256ème RAC reçoit l’ordre de sonner le « Cessez-le-Feu ». Puis le régiment défile dans le village pour se mettre en position de revue devant la mairie. La population est en liesse, quelques drapeaux français resurgissent, on danse devant la mairie…………


Le 12 novembre 1918

 Le 256ème RAC reçoit l’ordre de nettoyer le village, c’est-à-dire d’enlever toutes les traces du conflit. Les casemates allemandes, et les barbelés sont ôtés. Les obus sont regroupés pour être ensuite enlevés.


Le 13 novembre 1918

 Passage dans le village du 4ème Bataillon Territorial de Chasseurs à Pied qui a quitté Englancourt et doit cantonner le soir à Flavigny-le-Grand.

 Passage du 11ème BCP qui a quitté Malzy pour Le Hérie-La-Viéville.

 Le 256ème RAC continue le nettoyage du village.


Le 15 novembre 1918

 Le 256ème RAC quitte Monceau-sur-Oise, il n’y a plus de troupes dans le secteur.



Norbert QUINT, généalogiste et historien des villages de Thiérache.


























        Le 256ème RAC